Nombre total de pages vues

mercredi 1 février 2012

LES ARTS TEXTILES DANS LE MONDE


traditions, symbolismes, design

 

Les Arts textiles dans le Monde relèvent d’une longue tradition de savoirs-faire où les significations symboliques sont toujours présentes et la variété des styles a considérablement influencé l'art moderne européen (impressionnisme, cubisme, fauvisme) tout autant que les graphismes actuels et la mode contemporaine.
Bogolans bambara du Mali, indigos de Guinée, appliqués du Royaume d’Abomey au Bénin, tapisseries sénoufo de Côte d’Ivoire, kanté akan du Ghana, n'dop du Cameroun, étoles amhara d'Ethiopie, batiks shona du Zimbabwe … pour ce qui concerne l'Afrique, mais aussi appliqués des indiennes kunas du Panama, tapas aborigènes de Micronésie, batiks hmong/miao d'Asie du Sud-Est, Indigos et Sashiko du Japon, créations textiles des Adivasi de la Péninsule Indienne... , constituent autant de sources d’inspirations où les traditions, les symbolismes et le design occupent ensemble une place majeure dans notre vision actuelle de l’art.

samedi 21 janvier 2012

Personal Carpet

 Marie Tasse, artiste textile, Paris


Marie Tasse crée des tapis par assemblage de pièces de moquettes anciennes jamais foulées.Chaque tapis , en pure laine, est une oeuvre unique. Marie offre ainsi une seconde vie à ces remarquables morceaux d'archives en les faisant revivre pour les amateurs de décoration originale.



vitrail

optique

zen

Marie Tasse : 06 15 17 85 47
marie.tasse@yahoo.fr
www.personalcarpet.com
exposition: Nadine Gallery
12 rue d'Alger, Paris 1
01 47 03 49 75

expositions

expositions: décembre 2011 et janvier 2012

* DESTINATION JAPON
La Galerie TAOKI présente de belles pièces textiles indigo dans le cadre de son exposition destinée à faire découvrir l'art et la culture du Japon ( céramique, peintures, mangas, calligraphie, initiation au shiatsu)
20 rue de Chars, 95640 MARINES
tél: 06 74 07 88 49
karine.taoki@gmail.com.



* BEAUTE DES BATIKS DANS LA TRADITION DU PEUPLE SHONA DU ZIMBABWE 
Un art traditionnel d'un étonnant modernisme.
Galerie ARTCOMPLICE
11 rue Petit, 75019 PARIS

tél: 01 40 41 97 77/ 06 13 24 12 81

EXPOSITION A L'ESPACE SAINT JEAN
à l'occasion du festival de l'Astrolable : " Des Habits et Vous"
 Appliqués du Kasaï
           Indigo du Japon
                        Molas du Panama
du 20 octobre au 2 décembre 2012
26 place Saint Jean
77000 MELUN
tel: 01 64 52 10 95
www.ville-melun.fr

samedi 5 février 2011

Batiks Chine du Sud


Les batiks de la minorité Miao
(Chine du Sud)

Les populations MIAO, dénommées également MEO ou HMONG, constituent une importante minorité non chinoise en Chine du Sud (provinces de Hunan, Guizhou, Sichuan, Yunnan). On les rencontre également dans la partie nord de la Thaïlande, du laos et du Vietnam . Leur nombre est estimé à 4 millions de personnes.
Montagnards et riziculteurs sur brûlis, les MIAO cultivent également des pavots somnifères et sont réputés pour la qualité de leur artisanat, notamment le tissage, les batiks et les bijoux.
Les batiks du village de Fuyuan (Guizhou) sont produits selon la technique traditionnelle de la cire perdue sur une toile de coton tissée à la main. Les motifs représentent souvent des inscriptions rupestres en écritures chinoise ancienne que l’on trouve dans les falaises de la Région, également des danses traditionnelles ou encore des personnages féminins stylisés à vocation décorative.







Tapas du Pacifique


LES TAPAS DE NOUVELLE ZELANDE ET D'AUTRALIE

Le Tapa est un tissu d’écorce végétale très répandu dans toutes les îles du Pacifique.
On dépouille d’abord un jeune arbre de toute son écorce laquelle est trempée dans de l’eau de mer pendant 2 à 3 semaines. Après quoi, on ôte l’aubier, c'est-à-dire toute la partie ligneuse, tendre et blanchâtre qui se trouve entre le cœur du tronc et l’écorce. L’aubier est ensuite étendu sur le sol bien horizontal, découpé en minces bandes et martelé au moyen d’un maillet en bois dur. On obtient alors un feutre végétal, solide et souple d’une surface double par rapport à celle de l’aubier initial. Les bandes sont ensuite collées ensemble pour en faire un tissu large et résistant. Les principales espèces d’arbres utilisées sont les ficus, l’arbre à pain, le mûrier, le banian.
Les motifs sont peints à la main, au moyen d’un pinceau confectionné avec la queue séchée du fruit le pandanus (arbre dont les feuilles sont également utilisées comme fibres textiles) ou bien à l’aide d’un pochoir. Les colorants sont naturels. Les couleurs végétales sont fabriquées au moyen de la sève de certains arbres pour donner une couleur foncée, brune et noire ou encore de l’écorce de l’arbre à koka donnant une coloration marron. La couleur rouge est obtenue à partir de  la calcination à l’air libre des ocres On peut aussi utiliser directement l’écorce du banian qui donne naturellement une étoffe de couleur brun-rouge.
Loin de constituer un simple vêtement, le tapa marque le rang social et la richesse de la personne. Il peut aussi être l’expression d’un rituel sacré en enveloppant les sculptures représentant des divinités ou encore comme linceul lors des cérémonies funéraires. Marqueur d’identité sociale le tapa est aussi un marqueur culturel, véhiculant les répertoires décoratifs propre à chaque région et à chaque tribu. A cet effet, le tapa joue aussi un rôle mnémotechnique comme une ébauche d’écriture relatant un fait historique.
Ainsi la technique comme les motifs des tapas sont profondément ancrés dans la culture des peuples maori de Nouvelle-Zélande et des Aborigènes d'Australie. Mais leur qualité esthétique a largement séduit les collectionneurs européens pour un usage  décoratif et de nombreux musés en ont fait l’acquisition  en vue de les présenter au grand public.
La technique du tissu d’écorce est largement répandue dans le monde, notamment chez les indiens d’Amérique du Nord, chez les Aïnous de l’Hokkaïdo et en Afrique Centrale.



Maori Nouvelle Zélande



 Aborigène d'Australie

(pièces sélectionnées par Frédéric Azuelos lors de son voyage dans la région)

vendredi 4 février 2011

teinture indigo au Japon

日本の藍染
ai Zome
la teinture indigo au Japon

L’indigo est un pigment naturel qui se trouve partout dans le monde. Il est extrait des feuilles de différentes variétés de plantes par fermentation pour produire  l’indikan , soluble dans l’eau. Après avoir subit un processus chimique alcalin , le pigment est fixé par oxygénation. 
La matière de base est la feuille de Polygonum Tinctorium ( ai en japonais). Cette plante est originaire du Sud de la Chine. C’est la principale source de bleu en teinture végétale. Cette plante pousse dans la partie sud du Japon, notamment dans la région de Tokushima  au nord de l’île de Shikoku.
La méthode japonaise consiste à conserver les bactéries vivantes à toutes les étapes de la teinture (ce qui n’est pas le cas dans d’autres pays pratiquant l’indigo naturel).
Au printemps les semences de Ai  sont semées dans les champs. Après environ deux mois, les semences germées sont replantées dans de grands champs. La récolte s’effectue à la fin de la saison des pluies.

L’extraction de l’indigo requiert 5 ingrédients de base:
- les feuilles fermentées (sukumo) conservées de 8 à 12 mois dans des grandes cuves. 
- le vin de riz (sake) et le son de froment (fusuma) constituent les éléments nutritifs pour la fermentation de la plante.
- la cendre de bois dur destinée à assurer l’alcalinité du sukumo (Aku).
- la chaux (lime) ajoutée à trois reprises dans le bain de fermentation afin d’en contrôler l’alcalinité (ph 11)
La matière indigo concentrée (Aidate) est conservée dans des bacs de fermentation chauffés autrefois au bois ou à la paille de riz, aujourd’hui de façon électrique. La température de la cuve doit se situer autour de 25 degrés.
La réalisation de motifs sur les pièces de tissus teints à l’indigo relève alors de plusieurs techniques : fil teint dans un bain d’indigo avant d’être tissé,  teinture à la réserve par ligature sur tissu, utilisation de presses en bois afin de protéger l’étoffe de la coloration, réalisation d’un patron au moyen du papier japonais “washi” enduit et rigide












le pavillon d'or (Kyoto)

(pièces séléctionnées auprès de plusieurs artistes japonais lors d'un voyage au Japon)

Le sashiko japonais

La technique japonaise du SASHIKO date d’environ 300 ans. C’était, à l’origine, un art utilitaire pour les vêtements des agriculteurs et des pêcheurs.


A cette époque, le coton était une denrée rare. Aussi pour conserver longtemps les vêtements, les tissus étaient renforcés en cousant plusieurs épaisseurs, ou  en pratiquant un matelassage ou encore en les ravaudant au moyens de rangées serrées de points droits .
Les tissus étaient le plus souvent teints à l’indigo, aussi utilisait-on du fil blanc pour faire ressortir les coutures du vêtement, devenues une véritable broderie avec des dessins de formes géométriques ou bien inspirés de la nature (feuilles, fleurs, animaux).
Cet art populaire irait chercher son inspiration dans le Shintô, la plus ancienne religion du Japon, selon laquelle tous les objets ont une âme. Chacun se devait donc de prolonger la vie des objets et c'est le cas notamment les vêtements.

A la fin du 19ème siècle, les élégantes japonaises ont utilisé la technique du Sashiko pour être à la mode et se constituer des habits à la fois chauds , douillets et décorés de motifs reflétant leur humeur et leurs sentiments.

C’est également de cette époque que datent les fameux manteaux de pompiers japonais faits de quatre épaisseurs de tissus tenus ensembles selon la technique du Sashiko dont les dessins entrelacés intégraient souvent le nom de la compagnie.

Le Sashiko est devenu à la mode parmi les créateurs contemporains, particulièrement en décoration murale, tant au Japon qu’aux Etats-Unis et maintenant en Europe.
(pièces et photos: Amuse Museum, Kyoto)